retour sommaire
 commentaire précédent                                                                                                                                                       commentaire suivant  

   



                                    ce qu'ils ont dit ...


                                                                                                                                    Sébastien Boniface :

De ses oeuvres se dégage une impression douce amère. Par leurs lignes déstructurées et leurs couleurs contrastées, on croit d'abord faire face aux dessins d'un enfant. Mais nous voilà plongés dans la vision rectiligne d'un monde moderne où, justement, l'enfance n'a plus sa place.

L'art faussement naïf, doux et parfois si cruel de François Lautissier, ne trouve d'équivalent que
dans le monde cinématographique de Charlie Chaplin. Le personnage de Charlot, sa démarche claudicante de petit enfant perdu dans une grande ville en sont l'illustration.

Les attitudes, les gestes des personnages sont serrés, anguleux. Les dynamiques sont cassées, bousculées ou, au contraire, circulent et se perdent dans le vide. Les visages y sont réduits à des masques fonctionnels, mangés par les yeux, comme trop à l'étroit.

L'œuvre ne cesse d'interroger et de mettre en lumière notre absurdité quotidienne. Où est la place
de l'homme dans notre société déshumanisée ? Ne devenons nous pas, à l'image des objets qui
nous entourent, des fonctions, des objectifs ? Ainsi, sur les grandes toiles, l'artiste s'amuse à nous perdre. L'œil s'égare de motif en motif, est renvoyé comme la balle d'un flipper dans un labyrinthe
de formes un peu fou.

Dès lors, comment trouver ses propres repères si ce n'est en prenant justement conscience de
notre univers conventionnel et déréalisé ? C'est tout le paradoxe de François Lautissier, qui a su garder un esprit d'enfant allié à une lucidité détachée d'adulte.                                                                                                           
                                                                                                                                                                                          

                      


 commentaire précédent  
                                                                                                                                                                                                  commentaire suivant